La voix de Dieu


Le chant des sources divines.

« Sa voix était comme le bruit de grandes eaux. » Apocalypse 1 :15.

Lecture : Apocalypse 1 : 1 à 16.

Illustration : Les jets d’eaux du Barbican à Londres.

1°. Dieu parle de diverses manières.

 Le centre de Londres, la fameuse City, avait été entièrement détruit par les bombardements pendant la seconde guerre mondiale, et sa reconstruction fut longue et laborieuse. La ville de Londres mit en place un programme pour repeupler ce quartier. Afin d’attirer une nouvelle population stable, elle décida d’innover en matière d’urbanisme. C’est ainsi que naquit l’idée d’avoir des bassins et des jets d’eaux au sein même du quartier de Barbican pour étouffer les bruits de la circulation. J’ai pu constater de mes propres oreilles, lors d’une visite à Londres, que le principe est encore efficace aujourd’hui. Le bruissement de l’eau est une musique plus agréable à entendre que le grondement de la circulation automobile.
 Nous vivons dans un monde dont les mots et les bruits viennent agresser notre vie intérieure. Nous ne pouvons pas réduire à néant ces bruits parasitaires, mais Celui dont la voix est semblable au bruit des grandes eaux nous invite à nous mettre à son écoute.
 Lorsque nous nous mettons à l’écoute des sources divines, les paroles impies de ce monde ne trouvent plus d’écho en nous. Nous sommes alors entraînés par notre Sauveur pour louer notre Dieu tout puissant dans une louange aux accents de sources d’eau vive : « Et j’entendis comme la voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, et comme un bruit de forts coups de tonnerre, disant : Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu Tout–Puissant est entré dans son règne. » (Apocalypse 19:6 NEG)
 Quand nous soupirons après la manifestation de la gloire de Dieu, souvenons-nous du prophète Ézéchiel qui annonce le retour de la gloire de Dieu dans le Temple en comparant la voix de Dieu à ce fameux bruit des grandes eaux : « Il me conduisit à la porte, à la porte qui était du côté de l’orient. Et voici, la gloire du Dieu d’Israël s’avançait de l’orient. Sa voix était pareille au bruit des grandes eaux, et la terre resplendissait de sa gloire. » (Ézéchiel 43:1-2 NEG)

2°. La voix de Dieu et l’eau.
 Quelles sont les particularités communes entre l’eau et la voix de Dieu ? Elles sont probablement nombreuses, mais j’y vois deux principales.
*L’eau est l’élément visible qui remplit au mieux un vase, de même par ses paroles la voix de Dieu  a la capacité de nous remplir totalement sans laisser de vide.
 *D’autre part c’est dans l’eau que l’on peut plonger le plus facilement un vase, tant pour le laver et le purifier que pour le remplir. Dieu nous invite à nous immerger dans sa parole pour être simultanément rempli et purifié par cette parole.
 Voyons quelques passages des Psaumes qui utilisent l’image des sources et de l’eau pour nous faire connaître la voix de Dieu.
« Psaume de David. Fils de Dieu, rendez à l’Eternel, Rendez à l’Eternel gloire et honneur ! Rendez à l’Eternel gloire pour son nom ! Adorez l’Eternel avec des ornements sacrés ! La voix de l’Eternel retentit sur les eaux, Le Dieu de gloire fait gronder le tonnerre ; L’Eternel est sur les grandes eaux. La voix de l’Eternel est puissante, La voix de l’Eternel est majestueuse. » (Psaumes 29:1-4 NEG) Si un jet d’eau modeste peut imposer sa musique au passant, combien plus la voix de L’Eternel impressionnera celui qui se met à son écoute. Dieu est bien plus grand que les chutes du Niagara puisque c’est Lui qui les a créées. Laissons-nous pénétrer par sa puissance et par sa majesté.

 « Et ceux qui chantent et ceux qui dansent s’écrient : Toutes mes sources sont en toi. » (Psaumes 87:7 NEG) Tous les hommes, quelques soient leur origine, sont appelés à trouver leurs sources en Dieu. Dès qu’on l’a trouvée, le murmure de cette source peut chasser la clameur des autres sources. Pour chanter et danser sincèrement devant Dieu il faut que toutes nos sources soient en lui. Chanter c’est accorder notre voix avec celle de Dieu, danser c’est consacrer joyeusement nos corps à son service.

 « Il les conduisit le jour par la nuée, Et toute la nuit par un feu éclatant. Il fendit des rochers dans le désert, Et il donna à boire comme des flots abondants ; Du rocher il fit jaillir des sources, Et couler des eaux comme des fleuves. » (Psaumes 78:14-16 NEG) Dieu nous offre de nous abreuver à ses sources, mais cette offre demande une démarche de notre foi. L’eau vive ne s’administre pas par perfusion, mais se reçoit par la foi. Malheureusement pour eux les premiers à recevoir cette promesse n’en tinrent pas compte : « Mais ils continuèrent à pécher contre lui, A se révolter contre le Très–Haut dans le désert. Ils tentèrent Dieu dans leur cœur, En demandant de la nourriture selon leur désir. Ils parlèrent contre Dieu, Ils dirent : Dieu pourrait–il Dresser une table dans le désert ? Voici, il a frappé le rocher, et des eaux ont coulé, Et des torrents se sont répandus ; Pourra–t–il aussi donner du pain, Ou fournir de la viande à son peuple ? L’Eternel entendit, et il fut irrité ; Un feu s’alluma contre Jacob, Et la colère s’éleva contre Israël, Parce qu’ils ne crurent pas en Dieu, Parce qu’ils n’eurent pas confiance dans son secours. » (Psaumes 78:17-22 NEG)

« Heureux ceux qui placent en toi leur appui ! Ils trouvent dans leur cœur des chemins tout tracés. Lorsqu’ils traversent la vallée de Baca, Ils la transforment en un lieu plein de sources, Et la pluie la couvre aussi de bénédictions. » (Psaumes 84:5-6 NEG)  
 La vie chrétienne n’est pas toujours un long fleuve tranquille mais Dieu à faire jaillir des sources d’eau vive dans les passages les plus difficiles de nos vies. Placer notre appui en Dieu lorsque tout chancelle, c’est transformer la vallée de Baca en lieu plein de sources. Ouvrir son cœur à Dieu c’est l’ouvrir à la bénédiction qui vient d’en haut comme une pluie fertilisante (cf. Esaïe 55).

 C’est dans notre cœur que se trouve la clé des sources de la vie : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie. Écarte de ta bouche la fausseté, Éloigne de tes lèvres les détours. » (Proverbes 4:23-24 NEG) Seules les sources de la vie procurent la vie. La fausseté et les détours avec la vérité corrompent notre cœur, Jacques confirme ce principe : « La source fait–elle jaillir par la même ouverture l’eau douce et l’eau amère ? » (Jacques 3:11 NEG)

3°. Des exemples dans la Bible.
 Dans la Bible nous trouvons de nombreux exemples où des hommes de Dieu se sont mis à son écoute alors qu’ils étaient submergés par le tintamarre des flots de ce monde.
 Moïse à bout de force supplie Dieu de le secourir par sa présence. « Moïse dit : Fais–moi voir ta gloire ! » (Exode 33:18 NEG), et Dieu exauce sa demande : « L’Eternel répondit : Je ferai passer devant toi toute ma bonté, et je proclamerai devant toi le nom de l’Eternel ; je fais grâce à qui je fais grâce, et miséricorde à qui je fais miséricorde. » (Exode 33:19 NEG). Dieu lui a parlé, Moïse va rependre courage et remonter sur la montagne avec deux nouvelles tables de pierre pour que Dieu y grave à nouveau son alliance. Moïse avait brisé les deux premières tables à la vue et au tumulte de l’idolâtrie du peuple d’Israël.

 Élie aussi était au bout du rouleau et il traversa le désert pour se retrouver à la montagne de Dieu où il entra dans une caverne complètement désespéré. C’est là que Dieu trouva bon de lui parler. Dieu utilisa tout son registre de différents moyens d’expressions pour parler à Élie : « Et là, il entra dans la caverne, et il y passa la nuit. Et voici, la parole de l’Eternel lui fut adressée, en ces mots : Que fais–tu ici, Elie ? Il répondit : J’ai déployé mon zèle pour l’Eternel, le Dieu des armées ; car les enfants d’Israël ont abandonné ton alliance, ils ont renversé tes autels, et ils ont tué par l’épée tes prophètes ; je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m’ôter la vie. L’Eternel dit : Sors, et tiens–toi dans la montagne devant l’Eternel ! Et voici, l’Eternel passa. Et devant l’Eternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers : l’Eternel n’était pas dans le vent. Et après le vent, ce fut un tremblement de terre : l’Eternel n’était pas dans le tremblement de terre. Et après le tremblement de terre, un feu : l’Eternel n’était pas dans le feu. Et après le feu, un murmure doux et léger. Quand Elie l’entendit, il s’enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint à l’entrée de la caverne. Et voici, une voix lui fit entendre ces paroles : Que fais–tu ici, Elie ? » (1 Rois 19:9-13 NEG). Élie nous apprend qu’on ne peut pas échapper à Dieu en s’enfuyant, mais il nous apprend aussi que Dieu connaît parfaitement les moments et la façon de nous parler. Nous pouvons donc nous attendre à Dieu, même lorsque les circonstances ne paraissent pas favorables.

 Jésus lui-même eut l’âme troublée par la difficulté de sa situation, la foule criait contre lui et son âme humaine redoutait la croix : « Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais–je ?… Père, délivre–moi de cette heure ?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. Père, glorifie ton nom ! Et une voix vint du ciel : Je l’ai glorifié, et je le glorifierai encore. » (Jean 12:27-28 NEG). Jésus, comme nous avait besoin d’entendre le son de la voix de son Père pour affronter l’épreuve avec sérénité.

 L’apôtre Paul consacra du temps à la prière pour être délivré de sa fameuse écharde qui faisait crier sa chair. Dieu ne l’exauça pas de la manière qu’il désirait, mais il lui donna une parole suffisamment puissante pour étouffer la voix de l’ange de Satan à chaque fois qu’il viendrait le souffleter : « Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir. Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. » (2 Corinthiens 12:7-10 NEG). Dieu permet systématiquement que la faiblesse soit présente dans nos vies afin que nous ayons systématiquement besoin d’avoir recours à sa grâce pour être assez forts pour vivre notre vie chrétienne. Ce message est universel, il s’applique à tous, c’est d’ailleurs le message que j’ai entendu prêcher Dimanche passé à Londres par un pasteur anglican   Seule la voix de Dieu est suffisante pour triompher des cris de la chair, de bruits du monde et des tromperies du diable.
Conclusion :
 Nous avons besoin la voix de Dieu pour étouffer le brouhaha de ce monde qui veut monopoliser toute notre attention. Ce n’est pas en creusant des bassins et en installant des jets d’eaux que nous ferons taire ces voix adverses, mais en allant à la source même de la vie afin qu’elle coule en nous.
 « Le dernier jour de la fête, le jour le plus solennel, Jésus se tint devant la foule et lança à pleine voix : – Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et que celui qui croit en moi boive. Car, comme le dit l’Écriture, des fleuves d’eau vive jailliront de lui. » (Jean 7:37-38 Sem)

Prière.
 « Fais–moi dès le matin entendre ta bonté ! Car je me confie en toi. Fais moi connaître le chemin où je dois marcher ! Car j’élève à toi mon âme. » (Psaumes 143:8 NEG)

Alain Monclair.
Quimper le 19 Septembre 2010.


Rétroliens

    Pas de rétroliens

Commentaires

Afficher les commentaires en (Vue non groupée | Vue groupée)

    Pas de commentaires


Ajouter un commentaire


Marquer un texte en gras: *mot*, souligner un texte: _mot_.
Les smilies standard comme :-) et ;-) sont convertis en images.

Pour éviter le spam par des robits automatisés (spambots), merci d'entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessous dans le champ de fomulaire prévu à cet effet. Assurez-vous que votre navigateur gère et accepte les cookies, sinon votre commentaire ne pourra pas être enregistré.
CAPTCHA